La ménopause : un passage… pour soi

Bien que les données varient, on peut dire que la ménopause a lieu généralement entre 48 et 55 ans, mais que les symptômes de la périménopause peuvent commencer beaucoup plus tôt. Par ailleurs, ce que l'on pense parfois être des symptômes de périménopause peut aussi s'avérer être les effets du stress trop longtemps négligé ou d'un foie un peu trop surmené. Des symptômes qui débutent dans la trentaine et qui semblent reliés à la ménopause sont parfois réversibles.

La périménopause et les symptômes qui l'accompagnent souvent peuvent persister de 2 à 7 ans. Les symptômes fréquents sont les bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, anxiété, insomnie, perte de mémoire, prise de poids, saute d'humeur, palpitations, hémorragies, etc.

Mais leurs intensités sont très variables au fil du temps et d'une femme à l'autre. Car c'est la particularité de ce passage, les symptômes évoluent avec le temps et les plantes utilisées doivent aussi être adaptées à ces fluctuations. Il n'y a donc pas une seule 'recette ' universelle et il faut généralement revoir les plantes pour une même personne au fil du temps.

Mon approche ne vise donc pas la substitution hormonale, mais consiste à adopter une vision globale qui facilitera la transition et bien entendu diminuera de façon substentielle ou fera disparaître les symptômes.

Les plantes médicinales et la substitution hormonale

Je constate qu'au début de la périménopause, les plantes contenant des phytoestrogènes ou de la progestérone ( ou disons similaire à celle-ci) sont utiles et règlent pratiquement tous les symptômes. Mais à mesure que la situation évolue (parfois assez rapidement) et que la baisse d'oestrogènes et de progestérone se fait plus importante, ces plantes n'ont plus la concentration suffisante et il faut adopter une autre approche. Ces plantes amenuisent la baisse d'œstrogène et de progestérone, mais leur concentration est relativement faible et n'équivaut en rien celle des produits pharmaceutiques. Si votre objectif est uniquement le remplacement hormonal, les plantes ne sont pas la solution, sauf à très court terme.

Stress, alimentation, habitudes de vie, plantes médicinales

Mon approche ne vise donc pas la substitution hormonale en soi, mais consiste à adopter une vision globale qui facilitera la transition et bien entendu diminuera de façon substantielle ou fera disparaitre les symptômes. Les plantes sont des précieuses alliées, mais il faut aussi souvent modifier certaines habitudes de vie. Ainsi, il faut porter une attention particulière aux effets du stress et à l'alimentation. Dans la société actuelle, les femmes (tout comme les hommes) sont la plupart du temps soumis à un stress constant. Et bien souvent, le stress est tellement habituel qu'on le tolère sans même s'en rendre compte. Mais le corps, lui, en subit les contrecoups et ceci se reflète aussi sur les symptômes de la ménopause.

En plus des 'grandes classiques' (actée noire, vitex, achillée, etc.) je donne une place de choix aux plantes qui aident le corps à faire face au stress et appuient les glandes surrénales (schisandra, basilic sacrée, rhodiola, etc.). Bien entendu, des plantes plus spécifiques pourront être utilisées selon les symptômes présents. L'alimentation aussi est importante. Notamment, certaines études récentes tendent à démontrer que la prise d'oméga-3 diminue substantiellement les bouffées de chaleur, sans compter leurs effets positifs sur la santé cardiovasculaire et cognitive.

Prise de poids et ménpopause

Enfin, soulignons que si vous aviez un poids santé avant la ménopause, la prise de poids de 5 à 10 livres est bénéfique. En effet, les cellules adipeuses transforment les hormones surrénales en œstrogène et permettent que la baisse d'oestrogènes soit un peu moins drastique. Ainsi, il semble que les femmes qui prennent un peu de poids vivent plus longtemps et en meilleure santé que les autres.

Un choix qui vous revient

Dans quelques rares cas, il est possible que les symptômes soient intolérables pour diverses raisons. En dernier recours, il appartiendra à la femme de peser le pour et le contre de l'hormonothérapie. Il faudra alors voir quelle avenue est la moins pire... sans jugement.

Cette période de la ménopause est un véritable passage dans la vie des femmes. C'est une période où l'on fait certains deuils, mais qui peut être d'une grande sérénité et au cours de laquelle on se décide enfin à faire les choses qui sont importantes pour nous.

Accompagnement thérapeutique

Vous accompagner dans cette démarche vers un mieux-être serait pour moi un privilège et l'accomplissement d'un désir qui m'a guidée tout au long de ma formation.

Je pratique en ce moment notamment à Quincaillerie santé, une clinique multidisciplinaire dynamique, qui est située au 8075 rue Casgrain (métro Jarry).


Yveline Martin, herboriste

Yveline s'intéresse à la santé et aux plantes médicinales depuis de nombreuses années, mais on peut dire que son parcours est assez inhabituel. D'abord avocate en droit de la santé puis agronome en production végétale biologique, elle suit ses premiers cours sur l'usage thérapeutique des plantes médicinales en 1994. Ce n'est cependant qu'au cours des dernières années qu'elle décide de devenir herboriste. Elle est finissante à FloraMedicina.

Par son approche, elle souhaite faire le pont entre le monde scientifique d'aujourd'hui et les connaissances empiriques et la sagesse de tous ceux qui l'on précédée.


Quelques références intéressantes

-A first prospective,randomized,double-blind,placebo-controlled study on the use of a standardized hop extract to alleviate menopausal discomforts.2006. May 20;54(2):164-75;

-Black cohosh(Actaea/Cimicifuga racemosa): review of the clinical data safety and efficacy in menopausal symptoms. Treat Endocrinol.2005: 4(3):177-84;

-Contemporary alternatives to plant estrogens for menopause. Maturitas. 2006; 55 Suppl 1: S3-13;

-Black Cohosh and St-Jonh's wort for climacteric complaints: a randomized trial. Obstet Gynecol. 2006 Feb; 107: 247-255;

-Effects of ehtyl-eicosapentaenoic acid omega-3 fatty acid supplementation on hot flashes and quality of life among middle aged women : a double-blind, placebo-controlled,randomized clinical trial. Menopause.2009 Mar--Apr; 16 (2): 357-66;

http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=menopause_pm

-Omega-3 fatty acids for major depressive disorder associated with the menopausal transition: a preliminary trial. Menopause. 2011; March: 18(3):279-284;

Partagez!